RÉSIDENCE ET RESTAURANT UNIVERSITAIRES

Il s’agissait d’implanter sur le campus d’une université parisienne un restaurant de 2 000 places et une résidence de cinquante-cinq chambres pour des étudiants étrangers participant au désormais célèbre système européen d’échange Erasmus. Plutôt que de loger le programme dans deux entités séparées, Jean-François Schmit a choisi de construire un véritable bâtiment mixte, se plaçant ainsi dans un thème projectuel très discuté mais encore rarement mis en pratique du bâtiment multifonctionnel. La rareté du foncier explique en partie ce choix : le bâtiment est construit sur les derniers terrains disponibles de l’université. Son emprise au sol coïncide avec celle de la parcelle. Chacun des trois niveaux fonctionne de manière indépendante.

La faculté de Saint-Denis avait été construite dans les années 1990 par Pierre Riboulet, un architecte français très respecté par ses pairs. Le nouveau bâtiment se place dans le prolongement de l’existant qu’il vient étendre. C’est ainsi que le réfectoire est situé au premier niveau, dans la continuité du système de distribution imaginé par Pierre Riboulet. Des baies vitrées ouvrent largement sur les espaces de restauration auxquels on accède par une passerelle vitrée sur l’extérieur du campus. Le grand plateau formé par le restaurant universitaire sert de socle aux résidences étudiantes, logées dans six maisons indépendantes de deux niveaux. Des patios installent une communication visuelle entre ces deux parties du programme. Un bar et des éléments de service se partagent le rez-de-chaussée, haut de 4 mètres sous plafond.

Loin du modèle de la cité universitaire tel qu’il a pu être mis en place dans les années 1960, reproduisant la même cellule distribuée par de longs couloirs, les logements étudiants fonctionnent à la manière d’un village sur le toit. Chaque maison dispose d’un accès propre. L’organisation interne de chaque unité doit favoriser la convivialité et la rencontre de ces étudiants venus de différents pays et qui ne disposent que de l’année universitaire pour faire connaissance. Les chambres ne sont pas équipées de cuisine individuelle, comme c’est le cas dans de nombreuses résidences étudiantes ; la cuisine est partagée par tous les étudiants d’un même pavillon et sert de lieu de rencontre. À l’étage, une terrasse commune remplace la cuisine. Un système de passerelle redouble la circulation et permet le passage d’un pavillon à l’autre.

Pour des questions de légèreté et de rapidité lors de la phase chantier, les résidences étudiantes devaient être initialement réalisées en utilisant des techniques de construction sèche, option qui n’a pas été retenue par l’entreprise qui a préféré avoir recours à des méthodes constructives plus éprouvées, pour ne pas dire classiques. Elles conservent néanmoins un revêtement en bois, déjà testé par Jean-François Schmit sur différents projets. Les panneaux en bois sont utilisés sur les lames orientables et ferment totalement les pavillons, les transformant en volumes purs.

Lieu

campus de l’université de Paris 8 à Saint Denis, France

Date

2008

Maìtre d'ouvrage

région Île-de-France, AMO Sodedat 93

Partenaires

Ingénierie Studio, SNC Lavalin (BET TCE)

Surface

3615 m2 + 1325 m2