Quatre ateliers-LOGEMENTS d’artiste ET LOCAUX D’ACTIVITÉS

La transformation d’une ancienne imprimerie en ateliers d’artiste s’est accompagnée de la création d’un passage mettant en communication une rue, la villa d’Alésia, et un square. L’immeuble sur rue existant a été réservé à des locaux d’activité et percé d’un porche donnant accès à la venelle, nouvelle voie piétonne animée par les façades des ateliers. À la fois identiques et autonomes, celles-ci individualisent chaque atelier à la manière de maisons en bande et les détachent du corps principal de l’ancienne usine.

Jean-François Schmit joue délibérément sur les ambiguïtés qui naissent de cette disposition particulière. Les multiples percements de cette avancée autorisent les vues biaises, reproduisant le dispositif du bow-window. L’ouvrage joue un rôle de protection solaire – il attenue la lumière de l’ouest et, à travers la verrière orientée à l’est, renvoie la lumière dans l’atelier. Il règle la question des droits de vue et permet d’atteindre le recul de 8 mètres autorisant le percement de vue principale dans la partie habitation. Munie de ce jeu de filtres, la façade devient un mini observatoire, tourné vers la ville, plutôt qu’un lieu de représentation.

L’utilisation d’un revêtement en bois ressort plus de la sphère du mobilier que de la construction et du gros œuvre. Également assimilables à une suite de vitrines, les façades des ateliers sont soulignées à leur pied par des socles en bois conçus pour recevoir des plantations ou des objets devant tenir les passants à une distance respectueuse de l’intérieur des logements.

Lieu

villa d’Alésia à Paris 14e, France

Date

1994

Maìtre d'ouvrage

RIVP

Partenaires

Christophe Massin

Surface

800 m2