CINQ ATELIERS LOGEMENTS d’artiste

Cette petite allée discrète bordée d’ateliers resta longtemps un terrain vague peuplé de chats et d’herbes folles : une « belle au bois dormant » à l’accès caché, dans une cour du 13e arrondissement de Paris. La parcelle, enclavée dans un îlot, semblait avoir épuisé ses droits à construire, jusqu’à ce qu’un examen plus attentif du plan d’occupation du sol (POS) ne mette à jour une réserve foncière inattendue.

La Ville proposa d’implanter cinq ateliers d’artiste sur ce site en jachère. Le budget alloué était très réduit : il fut absorbé pour un quart par la consolidation des anciennes carrières creusées sous le terrain ce qui, on s’en doute, n’arrangeât en rien l’économie globale du projet déjà tendue.

La réalisation des ateliers-logements ne fut possible qu’en optimisant les coûts de construction aux moyens de différentes astuces. Les verrières des ateliers sont faites de grands châssis fixes en aluminium : le seul ouvrant de ventilation de la façade principale a été placé en imposte de la porte d’entrée. Les matériaux bruts – parpaings, structure métallique en acier galvanisé – et standardisés ont été privilégiés. Des coffrages de gouttière en panneau de bois-résine symbolisent les limites entre chaque appartement.

L’aménagement des espaces extérieurs est réalisé simplement et se résume à une allée gravillonnée bordée d’une bande de terre où subsiste une partie de la végétation originelle de la parcelle : souvenir de la « jungle » exubérante qui occupait auparavant les lieux, transport de la belle au bois dormant du côté de la Californie et de l’atelier de Charles Eames, autre construction légère et simple plongée dans la verdure.

Lieu

avenue de Choisy à Paris 13e, France

Date

2002

Maìtre d'ouvrage

RIVP

Surface

500